Dossier Sécurité

Ce dossier s’adresse surtout aux plus âgés, vivant seuls de surcroit, mais peut permettre à tout le monde d’acquérir de bonnes attitudes qui peuvent limiter les actions malveillantes et leurs conséquences. Sans tomber, bien sûr, dans la paranoïa !

 

LES CAMBRIOLAGES…

Il convient avant tout de s’en prévenir, pour au moins ne pas les faciliter :
• Fermez votre porte à clef, même quand vous êtes chez vous.
• N’ouvrez pas et ne laissez surtout pas entrer un inconnu qui se présente chez vous sans rendez-vous, même s’il a une carte professionnelle (plombier, électricien…).
• Certains se disent mandatés par la Mairie : vérifiez en nous contactant (il peut y avoir eu un oubli de postage dans votre boîte, car nous prévenons quand cela doit arriver).
• Si vous vous absentez faire une course un peu longue ; fermez vos volets et ne laissez jamais vos clefs sous le paillasson, dans un pot de fleurs, etc…
• Ne laissez pas dans le jardin des objets pouvant faciliter un cambriolage (échelle, outils…), qui pourraient tenter quelqu’un même s’il ne l’avait pas forcément prévu.
• Verrouillez votre véhicule, même dans le garage ou le jardin.
• Ne déposez pas vos clefs de voiture (ni argent, bijoux, etc…) sur le petit meuble à l’entrée de votre maison (nombre de petits vols et vols de véhicules se pratiquent comme ça, en trois minutes).
• Si vous perdez vos clefs de maison et qu’il y a un moyen de connaître votre adresse ; changez les serrures.
• Et bien sûr, si vous en avez les moyens, les renforcements des portes (barres anti-effractions, entrebailleurs), des fenêtres (barreaux si pas de volets), et les alarmes, sont des moyens de dissuasions et/ou d’empêchements. Un chien aussi d’ailleurs, mais c’est autre chose.
En cas d’absence longue
• Prévenez vos voisins de cette absence et, si possible, faites relever le courrier en leur laissant la clef de la boîte.
• Pensez à l’opération « tranquillité vacances » (service gratuit) quelle que soit la période : signalisation de l’absence en Gendarmerie (brigade de Jouars-Pontchartrain pour nous).
• Ne laissez pas sur votre répondeur un message prévenant de cette longue absence.
Comment limiter les conséquences d’un cambriolage et en prévenir la suite pénible ?
• Ne gardez pas trop d’argent liquide à la maison et placez vos bijoux, vos papiers, vos moyens de paiement, vos clefs, dans un endroit sûr, éloigné des accès.
• Conservez les factures de vos objets de valeur (n° de séries, références, expertises d’objets de grande valeur…) : téléviseurs, informatique, Hi-Fi, bijoux, tableaux… Photographiez-les et conservez le tout. Vous faciliterez ainsi vos futurs remboursements d’assurances.
• Conservez en lieu sûr aussi des photocopies ou photos de tous vos papiers d’identité (pour les refaire facilement), des n° de téléphone d’annulation de vos cartes de crédits (pour le faire  immédiatement), et de tout autre document important.
Que faire après avoir subi un cambriolage ?
• Prévenez la Gendarmerie : composez le 17 ou le 112
• Ne touchez à rien ; attendez l’arrivée des gendarmes.
• Déposez plainte.
• Faire opposition des moyens de paiement : Cartes Bancaires, 0892 705 705… Chéquiers, 0892 683 208…
• Faire opposition éventuellement de votre téléphone portable : SFR, 1023… Orange, 0800 100 740… Bouygues, 0825 005 700
• Déclarez enfin le vol à votre assureur et suivez ses instructions.
• Gardez les doubles de tous vos envois.

LES ARNAQUES…

Arnaques aux « organismes »
Elles se pratiquent aujourd’hui par internet. Le fraudeur se fait passer pour un organisme de confiance (banque, opérateur mobile, EDF…). Certains possèdent même sur les sites des documents réels de ces organismes, à entête, etc… ils vous demandent de payer par internet une facture, un arriéré… ou veulent « vérifier » vos coordonnées… Et on vous demande, bien sûr, de donner vos coordonnées bancaires ou de CB.
• Attitude : ne jamais payer autrement que comme vous en avez l’habitude de le faire avec ces organismes ! Même et surtout si le mail que vous recevez vous parle d’un délai immédiat sous peine de pénalités. Aucun de ces organismes ne doit vous demander un paiement CB par internet (ou même tout renseignement bancaire). En cas de doute, obtenez d’abord un contact téléphonique avec votre correspondant habituel.
Arnaques à la petite annonce
Que vous passiez une petite annonce     , ou que vous répondiez à une autre… Attention, les fraudeurs sont à l’affut !
Si vous vendez quelque chose :
• Evitez de donner trop d’informations sur vous dans l’annonce : votre adresse précise, etc… Privilégiez un contact téléphonique préalable et éventuellement un rendez-vous de visite ailleurs que chez vous (certains font « leur marché » dans les petites annonces : ils savent ainsi ce qu’il y a d’intéressant à prendre, et où le trouver ; et vous êtes cambriolé après la parution de votre annonce).
• Méfiez-vous des acheteurs qui prétendent être à l’étranger, ou être en déplacement ; ils ne peuvent pas se déplacer eux-mêmes mais ont un contact en France (souvent un « chargé de pouvoir », ou l’épouse…) ; bref, c’est très compliqué pour eux… Ils ne négocient pas le prix ; au contraire ils sont prêts à payer plus s’il le faut ; ils veulent absolument votre produit même sans l’avoir vu (ils vous font confiance ! Ils vous demandent une photo, et ça suffit)… C’est alors une arnaque bien menée ; on se laisse « embarquer », et soit vous aurez quelque chose à payer qui vous sera, disent-ils, remboursé (et même au-delà)… soit les chèques seront faux au final.
Si vous concluez une affaire… Précautions
• N’acceptez jamais de chèques non certifiés par la banque.
• Même un chèque certifié peut être faux : demandez le nom et l’adresse de l’agence de votre acheteur (jamais simplement le n° de téléphone !) ; trouvez vous-même le n° de l’agence et contactez-la pour vérifier l’exactitude du chèque (ils doivent vous donner l’information). Vous pouvez tout à fait le faire en amont du jour de la vente. La banque vous aura confirmé l’émission du chèque et son montant ; dès lors, plus de problème le jour de la vente.
Si vous achetez quelque chose
• Méfiez-vous des annonces trop alléchantes. Prenez votre temps.
• Recherchez l’email du vendeur sur un moteur de recherche pour vérifier son identité.
• N’envoyez jamais vos coordonnées bancaires ou de CB par email ou courrier, ni oralement.
• Ne payez jamais avant d’avoir le produit ; pas même un acompte.
Si le vendeur se fait pressant sur les protections que vous prenez et insiste, négocie, il y a fort à parier que ce soit un fraudeur.

LES FAUX PAPIERS…

Organismes, sociétés : On l’a vu plus haut, les organismes (Télécom, EDF, Eaux…) doivent prévenir préalablement s’ils ont une visite à faire et avoir émis les raisons de l’intervention. Cela se pratique sur rendez-vous exclusivement. La Mairie est informée et vous a prévenu de cette intervention ; un doute, contactez-nous.
• Ne pas laisser entrer un inconnu chez vous, s’il n’y a pas eu rendez-vous préalable et si vous n’avez pas eu confirmation par la Mairie elle-même.
• Même si on vous présente une carte professionnelle (et même si elle est vraie !), aucun organisme ne peut prétendre entrer chez les gens sans ces précautions administratives préalables.
• Ne jamais laisser entrer, ni même donner des informations, à un inconnu qui se prétendrait mandatés par la Mairie, si vous n’avez pas été prévenus par nous (cela peut nous arriver pour les recensements, par exemple ; ou quand il y a eu les changements des branchements plomb, etc). Si cela vous arrive, contactez-nous.
Police, Gendarmerie : De faux papiers permettent à des gens mal intentionnés de pénétrer dans les maisons et, une fois à l’intérieur, de perpétrer un cambriolage souvent violent envers la personne âgée qui a eu la faiblesse d’y croire. Les cartes d’identité des gendarmes, policiers douaniers, sont aujourd’hui en format « cartes bancaires » avec photos numérisées. Toute autre carte (en carton comme les anciennes par exemple) n’est plus valable ! Ce sont alors des faux et il faut immédiatement prévenir la Gendarmerie de Jouars-Ponchartrain que l’on vous a présenté de faux documents.
En tout état de cause, sachez que, sans une « Ordonnance » du Juge des libertés et de la détention (par l’intermédiaire du Procureur de la République), même un vrai policier ou un vrai gendarme ne peut pas pénétrer chez vous sans votre autorisation, s’il n’y a pas une « urgence caractérisée  », un danger imminent…
Concernant les pompiers, il n’existe pas vraiment encore de carte «  officielle », sauf éventuellement celle de la « Fédération des pompiers », mais qui n’est pas une preuve de l’identité de la personne (pas de photo numérisée). Le Législateur a en effet décrété que la tenue des pompiers suffisait à les remarquer et prouver leur appartenance au corps. Donc ne jamais ouvrir et faire entrer un « pompier  » qui ne serait pas en tenue. Un doute ? Vous pouvez demander une pièce d’identité pour voir si le nom correspond bien à la carte que l’on vous présente. Ou encore téléphoner à la caserne de Plaisir : 01 30 07 70 00 ; vous vérifierez ainsi s’il y a bien une opération en cours.
Privés, démarcheurs, vente en « porte à porte » : Nous ne saurions trop conseiller aux plus âgés, vivant seuls de surcroit, de ne pas faire entrer un inconnu qui vient sonner pour vous vendre quelque chose, ou soi-disant « vérifier » quelque chose au nom d’une société, avec (ou pas) une carte professionnelle… Encore moins s’ils sont plusieurs. Bien sûr, il y a des personnes honnêtes qui font cela, et c’est difficile de faire le tri ; mais il y a aussi des voleurs qui, dans le meilleur des cas, peuvent profiter du passage pour grappiller ce qu’ils trouvent à portée de main pendant que vous ne faites pas attention (c’est déjà arrivé chez nous). Ou encore pour repérer ce qu’il y a d’intéressant chez vous, voir comment c’est protégé, et revenir plus tard…
Si le produit qu’il veut vous vendre vous intéresse, un conseil (sur le pas de la porte !) : demandez un contact professionnel où vous pourrez joindre la société pour prendre un rendez-vous. Cela vous permettra de vérifier plus tard et au calme si l’entreprise existe bien et si le vendeur en est bien un… S’il ne veut pas (ou dit ne pas avoir de carte ni de contact), s’il insiste lourdement  : soit c’est un voleur, soit c’est un démarcheur un peu trop « accrocheur » qui veut absolument vous vendre son produit tout de suite ! Dans les deux cas, mieux vaut fermer la porte.

brochure-seniors.pdf (190 téléchargements)

Voulez vous rester informé ?

Bienvenue au village