Archives par mot-clé : CCAS

Tout cela n’est pas très net!

internetSous couvert de jouer ce qu’ils appellent la « transparence des comptes publics », certains sites internet n’hésitent pas, pour créer le « buzz », à afficher des données, faire des classements des villes, des notations, en fonction d’éléments qu’ils souhaitent mettre en avant : les dépenses, l’endettement, etc… Mais sans se soucier le moins du monde si leur démonstration tient la route… Le tout étant de jeter de la « poudre aux yeux » en cette période pré-électorale, pourvu que l’on parle d’eux ensuite, quitte à semer le doute dans les esprits. Il faut donc se méfier et ne pas prendre au pied de la lettre certaines de leurs «démonstrations».
Une des dernières en date, à laquelle le Maire a répondu vertement cette fois (avec d’autres) : une notation (sur 20) des villes soit disant «dépensières», par strates d’habitants : il s’agit en fait d’une simple addition des dépenses d’investissement et de fonctionnement sur une année budgétaire, le tout divisé par le nombre d’habitant… Si la ville dépasse la moyenne de la strate elle passe en dessous de 10/20, et ainsi de suite, par paliers…

Que les choses soient bien claires : dans ces conditions de calcul, Thiverval-Grignon ne pourra jamais avoir ne serait-ce que 1/20… Pourquoi ? Nous sommes une petite ville qui a des moyens d’une plus grande ; donc fatalement, nous dépenserons plus que les villes de notre strate, que ce soit en investissement de structures, en rénovations, en aides diverses, en accompagnement des enfants, en aide scolaire, etc (on ne va pas re-lister ici tous les avantages d’habiter chez nous)… Nous aurons donc toujours un zéro dans ces conditions simplissimes de présentation, car la dépense est élevée si les recettes sont conséquentes ; une ville n’est pas un foyer qui peut ouvrir un compte d’épargne s’il reste de l’argent à la fin du mois, et les comptes dépenses et recettes doivent s’équilibrer.
Pour ce site internet, par exemple, une ville qui n’a rien, ne fait rien pour ses administrés, ne rénove rien, n’apporte aucune aide à quiconque, ne soutient pas ses écoles, ses associations, son CCAS, n’investit dans aucune structure type crèche, ALSH, n’entretient pas ses routes et trottoirs… Eh bien cette ville-là dispose d’un magnifique 20/20 dont son Maire peut à coup sûr «s’enorgueillir», même si on paie deux fois plus d’impôt local chez lui que chez nous, ce qui est presque toujours le cas ! Aux contribuables, plutôt, de choisir où ils préfèrent vivre et de donner leur meilleure note…
Méfions-nous en tous cas d’une lecture superficielle de ce genre de présentation pour le moins légère, sans aucune analyse et ne prenant pas en compte tous les éléments qui composent une gestion communale.
Dans le cas dont nous parlons aujourd’hui, la démarche est tellement simpliste que le ridicule va jusqu’à comptabiliser dans les dépenses des villes l’amortissement des investissements, qui figure bien sûr aux « dépenses » (donc comptabilisé par le site), mais qui est en fait une épargne ! On frise donc la désinformation caractérisée, « pourvu que ça mousse »… Le Maire a reçu une réponse des gestionnaires du site, suite à son intervention écrite ; jugez-en :
« dans l’absolu, vous avez raison ; ce que nous voulons mettre en avant, c’est la dépense globale des collectivités »… OK, pourquoi pas ? Dans ce cas là, mettez en avant la dépense globale et ne « classez » pas les villes de cette façon aussi arbitraire et ridicule.

Mais cela aurait sûrement moins « d’impact »…

Voulez vous rester informé ?